SANDRINE PONS

Peinture
Vidéo, Installation, Arts numériques
06.88.39.49.05
Démarche artistique: 

Je travaille comme je vis et je vis comme je travaille " je ne pense pas à l'art quand je travaille , j'essaye de penser à la vie " Jean michel Basquiat . Ce qui me permet une extrême liberté pour créer avec pour seule contrainte la "no peinture". L'absence totale et irrémédiable de peinture en tant que telle dans mon travail, il faut donc trouver d'autres moyens, d'autres stratégies pour la remplacer et créer. Alors tout devient support ou matériaux, mon corps ou mon histoire a la recherche de l'émotion ....Ce choix est dû à un combat permanent contre une addiction où il est primordial d'élaborer des stratagèmes, de faire des choix pour réussir et accéder à la liberté.
La peinture était aussi un lourd combat pour moi, trop de doutes, d'incertitudes, j'ai donc arrêté cette addiction et la peinture mais pas la création qui m'a donné à vivre... j'ai trébuché, me suis trompée de voie souvent...
Performeuse de formation, installatrice, photographe amatrice à la recherche de l'instant comme simple témoignage d'un moment, un simple moment du quotidien.
"SPIRIKOTIDIEN" De la spiritualité au quotidien pratiquement inexistante dans la culture Européenne mise à part quelques reliquats d'une religion ou de repères judéo-chrétiens...où tout n'est plus vraiment d'actualité maintenant dans notre société multiculturelle.
Tout est suggestion si l'on sait regarder, observer...
Qu'y a-t-il de plus simple et de plus banal que le quotidien?
Et pourtant c'est un processus extrêmement complexe à remettre en place car indispensable lorsque l'on revient de nulle part.
Le temps, l'espace, les autres et soi...
Alors je regarde, j'écoute, j'utilise, je teste tous les produits de la maison : produits ménagers, produits alimentaires, emballages ou filtres à café... maquillages, couleurs pour cheveux, produits pharmaceutiques...etc
Les végétaux, les minéraux, objets trouvés, donnés, tout est idée à créations.
Identités multiples, auto-portraits aux facettes pailletées pour égayer dans des lumières les ombres de la vulnérabilité, une touche de glamour et de sensualité pour parler d'amour...
Entre le SPIRIKOTIDIEN ET LA NO-PEINTURE, je dirais qu'avancer, c'est enfin accéder à la liberté de ne plus se poser LES QUESTIONS mais de les vivre !!!
Sandrine Pons