IPIOLO

Peinture
Arts Graphiques
Démarche artistique: 

Poète, vos papiers !1

Elle pique, elle frotte, elle écorche, elle arrache, elle plie, elle incise… Que diable fait-elle ? Qui est la proie de ces traitements barbares ? Rassurez-vous, l’objet de sa furie créative est tout simplement le papier. Plutôt qu’un sculpteur de papier comme l’origamiste, Isabelle Pio (Ipiolo) serait plutôt un lutteur. Considérant le carré de papier comme un ring, elle bouscule, triture et pousse dans les cordes ce support généralement plus habitué à la caresse d’une plume, d’un crayon ou d’un pinceau. Le côté plan-plan du papier ce n’est pas pour elle. Au contraire, elle essaie de lui faire rendre gorge : le mystère est là, tapi dans le noir des fibres de cellulose. De ce corps-à-corps douloureux pour les deux protagonistes, naissent des œuvres gravées, scotchées, découpées, pliées qui ne seraient rien sans la maîtrise du dessin que possède Isabelle. Un monde inhabituel prend forme où les animaux et le corps humain anatomique se paient une bonne tranche. Des chats, des souris, des loups croisent des squelettes. Récemment des arbres poussent dans ses cadres. Juste retour aux origines du papier bien sûr, mais sans doute aussi, pour citer Baudelaire2, retour aux passions, aux désirs et à la mélancolie. Juste ce qu’il faut de mélancolie pour prendre le temps, ce temps que l’on sent défiler au fur à mesure que notre regard essaie de décortiquer les tricots que forment les œuvres exposées au hasard des lumières avec leurs ombres portées.

Bûcheron-ciseleur, personne d’autre qu’Isabelle Pio n’a mieux porté cet oxymore.

Raoul Tassin
Mars 2016

1. Poète... vos papiers ! est à la fois le titre du premier recueil de poésies de Léo Ferré publié chez l'éditeur La Table Ronde (1956) et celui d'une chanson du même auteur.
2. Les paradis artificiels – Le poème du Haschisch – Le théâtre de Séraphin.