Emmanuel FAGE

Peinture
Démarche artistique: 

La peinture troublante par ses effets de matière, la densité des couleurs et leur étrange éther.
Surprenante par le choix des sujets historiquement personnels qui affleurent sous l'image longtemps tamisée.
La condition du peintre : un état d'âme radial tenu dans une sensation fragmentaire qui constitue l'ensemble d'une vision du réel atmosphérique. Sa peinture montre un sens interne, une épaisseur, des traversées. Il se déploie à travers un temps romancé, cristallisé, un glissement continuel narratif, semblant se tenir presque hors sujet, hors de lui même par le biais de quelques enfilades baroques : poésie, prose des titres... Il n'y a pas de vide dans cette peinture, il y a du loin, du prés, et cet éloignement qui s'engouffre entre ces distances s'appuie constamment sur une référence, un écho... des mots.
La manufacture de la peinture alors : sa fabrication filandreuse, ses méandres, chemins, oublis, absences, les jaillissement, les palais fictifs, les géométries chimériques, filer sur le rasoir, faire et défaire, retenir ou déverser, éparpiller, l'imprudence, malaxe, oxymores, détours sur soi, derviche, vaste vertige que cette pratique ci, comme s'il s'agissait d'être plusieurs, satellites, périscopes, jack of all trades, de composer, de recomposer, et de commencer de recommencer.
« Il (polichinelle) se coupait lui-même la parole » Georg Christophe Lichtenberg Fragment[E519]